Le Blues de la Tortue

de Jean Naguel

Trois femmes lient connaissance dans un salon lavoir : Lucia, la responsable du lieu, Félicité, qui vient de se marier à un jeune homme “beau comme un dieu” mais particulièrement jaloux, et Elodie, une doctorante en architecture pour qui tout semble parfaitement rouler dans la vie.

Au fil des rencontres autour des machines à laver, Lucia et Elodie se mobilisent pour convaincre Félicité que sa vie est trop dure, qu’elle n’a pas le droit de supporter les violences de sont époux et qu’elle doit réagir avant que l’irréparable ne se produise. Mais le lendemain matin, la nouvelle bouleversante qui fait les gros titres des journaux locaux ne concerne pas Félicité…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Oui, 10h cela paraît tôt pour assister à une pièce de théâtre, mais l’effort est vite récompensé et l’excellent dynamisme des trois comédiennes efface vite les derniers vestiges du sommeil pour nous entraîner dans le rire. Un rire frais, vivace, coloré, presque bon enfant, lumineux comme le décor qui resplendit de fraîcheur : le sol blanc, les couleurs contrastées, l’impression de propre, de net, de lessivé.  (…) La pièce de Jean Naguel nous entraîne dans la vie de cette laverie durant quelques mois de nos jours. Une vie synonyme d’amitié entre trois femmes. Lucia d’un côté et deux femmes plus jeunes car cette laverie est devenue, comme les lavoirs de l’ancien temps, un lieu où les paroles s’échangent entre femmes, un lieu sans hommes, où il est permis de pouvoir parler de tout et même des hommes, en toute liberté.  (…) La pièce de Jean Naguel a l’intelligence de traiter de la violence conjugale par le rire. Et c’est sans une once de pathos que l’on avance dans l’histoire vers le drame. Une manière fine, intelligente et ludique d’évoquer ce que l’on tait en général.
La mise en scène de Jean Chollet rythme parfaitement cette comédie lumineuse qui finit dans le sombre, par un coup de théâtre. Voilà un spectacle totalement abordable qui ose aborder un sujet de société tabou avec grâce et virtuosité. » REGARTS

Théâtre citoyen (à partir de 12 ans)

Durée : 1h10 / Salle 1

Du 7 au 29 juillet à 10h00 – Relâche les 9, 16 et 23 juillet

Tarif : 15€ / Abonné : 10€ / Enfant (-16 ans) : 8€

Compagnie Paradoxe

Pfeiffer Nathalie
Case postale 5775
1000 Lausanne 1

Portable : 00 41 79 708 42 92
Courriel : nathaliepf@icloud.com

www.cieparadoxe.ch

Réservations : 04 86 34 52 24 - 06 14 22 92 38