Réservation : +33 (0)4 86 34 52 24

Le petit prince

d’Antoine de Saint-Exupéry

}

Horaire :
14h40

du 11 au 28 juillet
[relâche les 17 et 24]

Durée :
1h20

Salle n°1

Classique
[de 7 à 77 ans]

Tarif : 15€
Abonné &  Réduit : 10€
-10 ans : 5€

Camion-Chapiteau T-âtre IBonillo
Auteur : D’après Antoine de Saint-Exupéry
Mise en scène : Isabelle Bonillo
Interprètes : Edmond Vullioud, Marie Ruchat, Isabelle Bonillo
Régie générale : David Albert

Résumé

C’est pour tourner le dos à notre univers de l’individualisme et de l’objet que nous avons décidé de monter « Le Petit Prince ».

Poème initiatique, plus traduit que la Bible, l’oeuvre de St- Exupéry, écrite en 1943, est un éloge à l’amitié : « On ne voit bien qu’avec le coeur : l’essentiel est invisible avec les yeux », qui remet l’être humain au centre. Ses propres dessins, véritable obsession de la rencontre avec ce Petit Prince venu d’une autre planète (souvent esquissés sur des tables de bistrot), feront le décor sous forme d’une lanterne magique, déroulante mécaniquement par les comédiens, avec marionnettes et musique. Récit dans le récit, la 3e dimension de la fable et la 2e dimension de cet “autre” rencontré en plein désert, rendront compte de ce heurt entre monde des adultes et monde de l’enfance pour opposer l’aspect imaginaire de la rencontre à la réalité de la situation narrative.

Presse

« »Le Petit Prince » se pose à Lausanne, intimiste et délicat
Paré de jaune et de bleu, le Petit Prince devient le héros d’une sorte de veillée contée au coin du feu, dans un camion itinérant bricolé sur la place Saint-Maur. Brillant de simplicité
Une écharpe jaune, des cheveux couleur or et un costume vert d’eau. Ajoutez à cela un air malicieux et enfantin et vous obtiendrez le célèbre Petit Prince, héros de Saint-Exupéry. Isabelle Bonillo l’invite à nouveau à se poser sur la planète Terre le temps d’une heure intemporelle. Les spectateurs sont conviés à s’installer sur des chaises de camping, à l’intérieur d’un chapiteau de fortune. Ils prennent place dans ce décor improvisé, bricolé autour d’un camion itinérant.
Un engin qui servira de scène à l’arrivée lunaire du jeune homme. Ou femme, puisque le Petit Prince est ici incarné par la Lausannoise Marie Ruchat, aux grands yeux écarquillés et à l’air semi-boudeur, semi-émerveillé. Elle est accompagnée d’Edmond Vullioud, aviateur et narrateur espiègle, et d’Isabelle Bonillo, metteuse en scène et actrice touche-à-tout, incarnant à la fois le renard, l’allumeur de réverbères ou encore le philosophe.
Cachée dans ce camion, devenu planètes et astéroïdes pour l’occasion, elle use de cris et d’exclamations pour faire rire aux éclats son jeune public et personnaliser davantage les personnages de papier de Saint-Exupéry. Ces métaphores de la bêtise humaine sont intégrées dans une mise en scène minimaliste, mais très imagée, grâce aux dessins enfantins de Gilbert Maire. Une façon de faire appel au pouvoir de l’imagination avec malice. Dans cette «salle» comble, au public très réactif, se dégage une atmosphère de veillée contée au coin du feu. Comme une impression de retomber en enfance et de redécouvrir ce texte merveilleux pour la première fois, ici paré de trouvailles délicieuses.
Illuminés de jaune et de bleu, le Petit Prince et l’aviateur se répondent et se complètent, dans un jeu de ping-pong narrateur-personnage astucieux. Si la pièce tire évidemment sa force de l’écriture inoubliable de Saint-Exupéry, elle parvient à trouver son propre ton, intimiste et délicat. Au plus près du public, cette échappée féerique offre une impression de douceur, comme un bonbon acidulé, à la fois éphémère et continu. Le T-âtre IBonillo livre une interprétation drôle et mutine d’une icône de la littérature, qui laisse une marque tendre dans notre esprit d’enfant. » Le Temps

« Le Petit Prince chuchotera dans le creux de l’oreille
Je connais une planète où il y a un monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions, s’exclame le Petit Prince. Il est là, lunaire, avec son écharpe jaune et ses cheveux ébouriffés, devant l’aviateur tombé en panne dans le désert du Sahara. Il lui contera ses voyages sur des astéroïdes, avant son passage sur Terre. Évoquant sa rencontre avec un roi avide de pouvoir, un vaniteux, un buveur, un businessman, un allumeur de réverbères et un géographe à la recherche d’explorateurs. «Les grandes personnes sont décidément bien bizarres», souligne-t-il avant de faire la connaissance, sur notre globe, d’un serpent, d’un jardin de roses et d’un renard…
Dès le 1er mai au Théâtre du Reflet, à Vevey, puis à la place Saint-Maur, à Lausanne, «Le Petit Prince» d’Antoine de Saint-Exupéry illuminera le sol vaudois, dans une mise en scène au dispositif étonnant: un camion-chapiteau mobile que la compagnie T-âtre fait tourner depuis dix ans. Isabelle Bonillo, metteuse en scène, évoque la portée universelle de l’œuvre. À l’époque déjà, dans un contexte politique très dur, le texte a dû agir comme un baume, explique-t-elle. De nos jours, il produit le même effet et apparaît comme un remède contre l’individualisme exacerbé de notre société. Derrière les apparences d’un conte pour enfants, l’ouvrage poétique traduit en 300 langues sonde autant de sujets philosophiques puissants, tels que l’amour ou l’amitié. Publié pour la première fois à New York en 1943 et depuis adapté de nombreuses fois sur les planches, sa lecture plonge dans un sublime rêve éveillé. Et déterre l’innocence enfouie.
Au plus proche des personnages
Ainsi le sol aride de la planète du Petit Prince se matérialisera dans une structure itinérante, montable et démontable en trois heures et pouvant accueillir 90 spectateurs. Un chapiteau qui a déjà fait voyager diverses créations au sein de théâtres ou sur des places de villages. Se prêtant aussi à la médiation culturelle dans les régions où l’art reste peu accessible.
Aujourd’hui, on se retrouve constamment soumis à l’écran, déplore Isabelle Bonillo. On crève du manque de rapport à l’autre. Sous mon chapiteau, les gens ont toujours du plaisir, même serrés dans un petit espace. L’expérience collective provoquée par l’échelle octroie aussi une intimité avec les personnages du récit, puisque seuls quelques centimètres séparent le public des acteurs. Et chacun de leurs micromouvements suffit à modifier la portée symbolique d’une action. Lorsque le Petit Prince (interprété par Marie Ruchat) monte sur une marche d’escalier, sa position devient dominante et ses interventions prennent instantanément une dimension profondément lyrique.
Derrière les protagonistes, une toile tendue, qui se déroule à l’aide d’un système de poulies, fait passer des reproductions des aquarelles du livre de Saint-Exupéry, intégrant tout l’onirisme du créateur. Mais si elle apparaît comme un décor, cette toile rend possible l’interaction entre le Petit Prince et les souvenirs de son voyage, représenté en deux dimensions. Lorsqu’il rapporte à l’aviateur (Edmond Vullioud) sa rencontre avec le renard, ce dernier avance soudain devant la toile, tenu par une baguette qui traverse le tissu. Un jeu de rapprochement et d’éloignement se fait entre l’animal et le héros, avant que celui-ci ne tende le bras pour l’accueillir dans sa main. Scellant une amitié pure.
Le nomadisme dans le sang
Lausannoise à plusieurs reprises, que ce soit dans le cadre du Festival de la Cité ou sur la scène du Théâtre 2.21, la Strasbourgeoise Isabelle Bonillo, 55 ans, arpente les rues depuis longtemps. Du côté de mon père, il y avait déjà quelque chose de très nomade, relève-t-elle. Anciennement, ma famille était composée de commerçants andalous. Mon père s’est retrouvé à Marseille et a conçu un camion-scène. On abaissait un côté et on jouait dessus. Très vite dans son parcours de comédienne, Isabelle Bonillo en a eu ras le bol des hôtels et a donc commencé à s’équiper d’un camping-car. Ça permet aux comédiens de survivre. J’ai parfois réalisé des spectacles où tout se monte à deux ou trois comédiens. C’est de la décroissance théâtrale. » 24 Heures

Photos

Vidéo

Infos pro

Camion-Chapiteau T-âtre IBonillo
Maison Familiale 5
1018 Lausanne

www.t-atre-ibonillo.blogspot.com

Contact Diffusiom : Isabelle Bonillo
Portable : 00.41.79.205.39.51
Courriel : ifrbonillo@gmail.com

Dossier de presse – Le Petit Prince