Réservation : +33 (0)4 86 34 52 24

Oum Pa Pa !

de l’Ensemble D’Cybèles

}

Horaire :
16h20

du 5 au 27 juillet
[relâche les 10, 17, 21 et 24]

Durée :
1h10

Salle n°1

Spectacle musical

Tarif : 15€
Abonné &  Réduit : 10€
-12 ans : 8€

Ensemble D’Cybèles
Auteur : Ensemble D’Cybèles
Mise en scène : Philippe Lafeuille
Interprètes : Sophie Aupied-Vallin, Florencia Jaurena, Fanny Laignelot, Maéva Laignelot
Arrangements musicaux : Maéva Laignelot

Un véritable orchestre miniature, plein d’humour et de fantaisie !
Entre musique classique et comédie, « Oum Pa Pa ! » est un spectacle rythmé où Bizet côtoie Tchaikovsky et Yann Tiersen rencontre Piazzolla. Entouré par deux flûtes traversières, les piccolos et un alto, l’accordéon se dévoile à travers une succession de tableaux surprenants. L’Ensemble D’Cybèles vous invite à parcourir un itinéraire musical drôle et poétique.

« La musique invite aux voyages, avec son spectacle Oum Pa Pa ! présenté à l’espace Saint-Martial, l’Ensemble D’Cybèles vous prend par la main et vous conduit sur un chemin déroutant entre fantaisie et burlesque, initiation et esprit d’ouverture. Le quatuor féminin est diabolique sous prétexte de valoriser l’accordéon joué par Sophie Aupied-Vallin. Dans un spectacle musical aux grandes envolées classiques, elle sort sa palette de couleurs et vous entraîne autour de la terre du piano à bretelles ou du branle-poumon. Après toutes ses comparaisons populaires, l’instrument moqué prend des titres de noblesse.
On peut faire sérieux sans se prendre au sérieux. Certes, les quatre musiciennes s’amusent et amusent mais ne croyez pas que c’est de l’improvisation. Le spectacle se lit comme une partition où chaque soupir, chaque triolet a sa place. Derrière l’apparente facilité, tout est réglé à la croche près, par la mise en scène du chorégraphe Philippe Lafeuille. Et on se dit la musique classique ce peut être ainsi, surtout quand le rire est proche à chaque facétie.
Pas de deux, de quatre ou de huit, les musiciennes se mettent à danser : quelques mesures de tango là, ou de ballet un peu plus loin. On se laisse aller à suivre ses joutes musicales sur les airs de Carmen de Bizet dont une étonnante Habanera, se transformant en face à face : toro contre matador, simulé par les deux flutistes Florencia Jaurena et Fanny Laignelot. On ajoute cette Marche des petits soldats aux piccolos, jubilatoire.
Trois musiciens ! Il manquerait un élément l’altiste Maeéva Laignelot amenant la voix humaine à ce spectacle, elle ne craint même pas de se transformer en rockeuse, délaissant son violon alto pour une guitare électrique le temps de revisiter un morceau de Thomas Fersen. » Ventoux Opéra

« Dès les premières notes du spectacle, le ton est donné. La musique du Fabuleux destin d’Amélie Poulain, composée par Yann Tiersen, nous transporte dans le folklore parisien de la Belle Époque et dans un univers merveilleux, à mi-chemin entre la réalité et le Pays des Merveilles, imaginé par Lewis Carroll.
De l’obscurité émergent peu à peu des silhouettes, dont celle de Sophie, une accordéoniste qui en a assez des bals musette, qui rêve d’ailleurs et d’autres styles musicaux… Si son instrument est souvent raillé, qualifié de piano du pauvre, de zinzin et bien d’autres sobriquets, sa virtuosité nous démontre qu’il n’en est rien et que son soufflet nous inspire et nous transporte !
Et c’est ainsi que furent certainement invoquées trois muses infernales, espiègles et légèrement déjantées, qui vont entraîner Sophie à la découverte des musiques du monde, de Paris à Buenos Aires, en passant par l’Espagne, la Russie…
Notre accordéoniste n’est plus seule. Elle fait désormais partie d’un orchestre, même si on a parfois l’impression qu’elle est le vilain petit canard de la bande… Pour l’accompagner, deux musiciennes jouent tantôt de la flûte traversière, tantôt du piccolo, et la dernière de l’alto. Au sein de ce quatuor féminin, rivalités, dissonances, harmonies et silences s’accordent parfaitement.
Chaque musique nous raconte une histoire, souvent sans paroles, mais où gestes et instruments nous transporte au pays des contes. Grâce à un répertoire musical éclectique et surprenant, ainsi qu’un jeu théâtral souvent décalé et absurde, nos chères concertistes nous offrent un spectacle musical accessible à tous, où Carmen de Bizet, La flûte enchantée de Mozart, Casse-Noisette de Tchaïkovski… côtoient la musique des Dents de la Mer de John Williams, Claude François, Yann Tiersen, les rythmes du Tango nuevo d’Astor Piazzolla…
La parfaite maîtrise de leur instrument leur permet de jouer avec les codes de l’opéra, de la musique classique et populaire…
Certains regretteront l’absence de fil conducteur, d’autres se laisseront séduire par la fantaisie de ce spectacle musical haut en couleurs. L’ensemble D’Cybèles a un univers qui lui est propre, qui s’étoffera au fil du temps…
Offrez-vous un moment d’évasion avec cette fugue musicale rafraîchissante et surprenante ! » Toutelaculture.com

« C’est un girls band classique. Un groupe de copines qui se sont rencontrées pendant leurs études de musique au Conservatoire. Au départ, c’était un duo de flûtes traversières. Le duo Bel Air composé de Fanny Laignelot et de Florencia Jaurena, originaire de Buenos Aires. C’est Florencia l’Argentine qui, passionnée de tango, a eu l’idée de rajouter à ce groupe un accordéon, puis Maéva Laignelot, la grande sœur de Fanny, est venue compléter le groupe avec son alto pour former le quatuor Ensemble D’Cybèles.
L’accordéon est le fil conducteur de ce spectacle. Il y a une place centrale. Son titre même Oum Pa Pa !  est un jargon d’accordéoniste : c’est un rythme composé d’une basse et deux accords comme une petite valse.
« L’accordéon est encore un instrument trop peu connu. Il n’est enseigné au Conservatoire que depuis les années 2000, ce qui est relativement récent. L’accordéon est souvent associé à une musique populaire, alors qu’il peut jouer aussi bien Carmen que Casse-Noisette de Tchaïkovski. On n’a jamais entendu ces œuvres classiques  à l’accordéon. L’objectif était de faire entendre autrement des pièces connues et de redonner ses lettres de noblesse à mon instrument » nous explique Sophie Aupied-Vallin, l’accordéoniste.
C’est le chorégraphe Philippe Lafeuille (on lui doit entre autres Tutu qui tourne depuis 10 ans) qui a mis en scène Oum Pa Pa ! avec beaucoup d’humour.  « Nous avons rencontré Philippe après le spectacle Tutu, que nous avions trouvé fantastique. On lui a proposé de travailler ensemble, il est venu nous voir à une répétition et il a ensuite accepté «  se souvient Maéva.
« Avec Tutu, Philippe Lafeuille a voulu désacraliser la danse classique et c’était exactement ce que nous voulions faire avec la musique classique. » précise Florencia. En effet, sur scène les codes du concert classique sont bousculés : pas de partition ni de pupitre, encore moins de chef d’orchestre, les filles ont tout appris par cœur pour pouvoir trouver une plus grande liberté de mouvements.
« Le travail avec Philippe a été très exigeant car nous voulions garder une grande qualité musicale, ce qui suppose énormément de travail pour pouvoir se lâcher sur scène : jouer la comédie et danser. L’objectif était de faire oublier la musique et même si nous ne sommes pas des danseuses et encore moins des comédiennes, nous nous sommes beaucoup amusées. D’ailleurs, le plus beau compliment du public est de nous dire qu’il oublie que nous sommes en train de jouer ! Faire rire le public avec nos instruments est la plus belle récompense qui soit pour nous » explique Maéva. 
Une rencontre artistique du destin qui est aujourd’hui une évidence, car ce tout premier spectacle est une réussite malgré les difficultés. Une levée de fonds sur Ulule de 4 500 euros permettra au spectacle de se développer encore davantage. Une tournée en Chine est d’ailleurs en train de s’organiser… Le quatuor féminin n’a pas fini de conquérir le monde ! » A nous Paris

« Une délicieuse friandise musicale, drôle et de très bonne tenue. Au plaisir de jouer dans un écrin de fantaisie légère et dansante, ces quatre musiciennes de l’ensemble D’Cybèles ajoutent celui de nous offrir un répertoire éclectique et parfaitement maîtrisé.
Ça rigole, ça chicote et ça surprend mais une fichue bonne musicalité est là, sensible, sensuelle, puissante et ardente. Un petit récital de rêve où les techniques instrumentales impeccables servent des partitions riches, chaleureuses et tendres. L’ensemble est doté d’une envie rieuse de partage qui nous fait tendre l’oreille, le sourire aux lèvres, les rires plein les yeux.
De Bizet à Tchaïkovski, de Piazzola à Rimski-Korsakov, de Saint-Saëns à Tiersen, en passant par Khatchatourian (exceptionnelle interprétation de la difficile et non moins célèbre toccata pour piano, ici à l’accordéon classique), sans oublier quelques percussions corporelles, la virtuosité côtoie le burlesque avec élégance et grâce. Chapeau bas, mesdemoiselles !
Calées au cordeau, la mise en scène astucieuse et la chorégraphie simple de Philippe Lafeuille donnent un éclat complice au spectacle, le rendant aussi proche que brillant. C’est très bien fait.
Les quatre musiciennes Sophie Aupied-Vallin, Florencia Jaurena, Fanny Laignelot et Maéva Laignelot nous invitent à leur voyage bigarré et illustré d’airs magnifiques, avec une charme fou et un brio superbe.
C’est frais, drôle, agréable et d’une haute qualité musicale. Courez-y ! » Spectatif

« Las músicas Sophie, Florencia, Fanny y Maéva proponen en su espectáculo “Oum Pa Pa!” una fórmula que combina la música clásica con el teatro, el baile y el humor. En ellas los géneros musicales y las composiciones tradicionales adquieren otro color: el de lo fantástico »  France24
« Ce cocktail sonore revigorant est servi par un véritable orchestre miniature. Explorant toutes les possibilités offertes par leurs instruments, ces musiciennes issues du classique font preuve d’une fantaisie à toute épreuve. Entouré par deux flûtes traversières, un alto, et parfois les piccolos, l’accordéon se dévoile, par exemple, à travers une succession de tableaux surprenants. Le spectacle dans son ensemble est riche en surprises. »
 Les trois coups

« Un pur régal où s’enchaînent gags et prouesses techniques de quatre musiciennes talentueuses ! » Anousparis

« Ça rigole, ça chicote et ça surprend mais une fichue bonne musicalité est là, sensible, sensuelle, puissante et ardente. Calées au cordeau, la mise en scène astucieuse de Philippe Lafeuille (créateur de “Tutu” qui tourne depuis 5 ans) donnent un éclat complice au spectacle. » Spectatif

M’L’Art
93rue de Meaux
75019 Paris

License : 2- 1051532

www.dcybeles.com
mlart.prod@gmail.com

Contact diffusion : Stéphanie Gamarra
Portable : 0611099050
Courriel : contact@stephycom.com

Dossier – Oum Pa Pa

Découvrir le spectacle précédent ou suivant